Elle en Sens

3-niveaux-de-conscience-pour-comprendre-hypersensibilité

l'hypersensibilité ne se joue pas qu'au niveau des émotions ou ressentis

Comme tout dans la vie l’hypersensibilité est une façon de se connaître mieux, de faire monter sa conscience pour évoluer et découvrir nos fonctionnements.

1- Comprendre l'hypersensibilité au niveau physique

Comme expliqué dans l’article « qu’est-ce que l’hypersensibilité « , elle se traduit d’abord au niveau physique avec un système nerveux plus développé que la moyenne.

Ainsi les 5 sens sont plus sensibles dans le sens de réceptifs. Ils captent plus d’infos et de détails.
En fonction des personnes, l’un ou plusieurs des sens peuvent être plus développés que les autres.
Affinés et travaillés la personne peut acquérir la faculté de claire- voyance, claire-ressenti, claire-olfaction, claire-audience, claire-connaissance …

Ex: J’ai l’ouïe sensible donc trop de bruit ou des bruits parasites autour de moi me dérangent, me fatigue et ma concentration est perturbée. 

Mon ressenti au niveau de la peau est développé. Je sens dès que un fil ou un cheveu me chatouille. Je ne supporte pas avoir quelque chose sur la tête encore moins quand j’ai les cheveux attachés. Ça me tire le crâne et me donne tout de suite mal à la tête.

Mon hypersensibilité se traduit aussi au niveau du goût: je ne peux pas manger pimenté, ça me brûle littéralement la bouche et je ne sens pas la saveur des aliments.

Ma claire-voyance s’est développée ces dernières années, à partir de mon ressenti dans le corps. J’ai des infos sous forme d’images ou de mots, qui me parviennent lorsque je suis en contact avec quelqu’un ou quelque chose. Je ressens l’énergie de la personne, si elle est alignée avec elle-même mais surtout lorsque c’est dissonant. Je vois quel masque social, quel jeu de pouvoir elle met en place et par conséquence les blessures dont elle n’a pas conscience.
C’est simplement une analyse plus fine de mes ressentis physiques. Lorsque la situation le prête je vais au-delà du « je la sens pas ».

2- La conscience de soi et de ses blessures

Avant de vivre pleinement son hypersensibilité et de savoir l’utiliser, il est nécessaire d’aller regarder en soi ses blessures personnelles afin de pourvoir faire le tri par la suite entre nos ressentis personnels et ceux des autres, afin de ne pas les projeter.

Lise Bourbeau a établi 5 blessures fondamentales qui entraînent et expliquent les masques sociaux que l’on porte. Ces masques sont le résultat de croyances et d’expériences construites à partir de la blessure, survenu pendant l’enfance, et se manifestent dans notre comportement. Plus nous avons été blessés plus nous portons souvent le masque correspondant à la blessure. 

La blessure de rejet 

Un des 2 parents a été absent. Ces personnes ont besoin de soutien pour faire les choses et s’assurent d’avoir l’attention des autres.
Il porte le masque du dépendant : N’aime pas être seule. Elles sont souvent dans le chantage affectif, la manipulation et la plainte.

La blessure de l'injustice 

ce sont des personnes très exigeantes avec elles-mêmes et les autres. C’est tout ou rien. Elles voient les détails à améliorer, perfectionnistes, trop prononcé cela les empêche de profiter de la vie.
A le masque du Fuyant : elles n’acceptent pas les compliments et va culpabiliser des cadeaux qu’elles vont recevoir. Se sont des personnes qui donnent beaucoup et n’ont pas conscience de la valeur de ce qu’elles sont ni de ce qu’elles donnent. Va au bout de ses ressources, tendance à s’épuiser.

La blessure de trahison :

ces personnes veulent  paraître fortes et ne sont pas en contact avec leurs émotions. Elles résistent à leur faiblesse et vulnérabilité. 
Elles portent le masque du contrôlant. Elles aiment que l’on se repose sur elles, être admirées. Aiment les responsabilités, en acceptent trop et ne peuvent pas tenir leur engagement.

La blessure de rejet 

Ces personnes sont déconnectées de la réalité, ne prennent pas leur responsabilité d’être en vie, pensent que la vie n’a pas de valeur, se privent d’exister. 
Elles adoptent le masque du fuyant : elles s’inventent un monde, fuient leur authenticité, rejettent les autres.

- La blessure d'humiliation : 

ces personnes ont la croyance qu’elles sont indignes, mauvaises, refoulent énormément leurs émotions et ne reconnaissent pas qu’elles ont honte. Endurent, encaissent au-delà de leurs limites.
Elles utilisent le masque de masochiste: comme 
l’auto-dénigrement lorsque l’on s’approche de la blessure, sont violentes avec elles-mêmes, s’insultent. 

Nous avons rarement une seule blessure. Une plus présente que les autres mais nous avons souvent un petit cocktail d’au moins 4. La dernière est moins fréquente. 

Commencer par observer et repérer les situations conflictuelles où les émotions sont fortes. 
Identifier 
si les émotions sont issues de faits ou de l’histoire que l’on se raconte dans notre tête.
Car la blessure vécue, souvent dans l’enfance, est à l’origine de notre perception et de l’interprétation que l’on fait de la situation actuelle, voire de la vision de la vie que nous avons.

3 - Conscience de la vie

Tout ce que tu rejettes, persiste.

Plus tu vas nier, repousser … tes ressentis, plus ils seront présents afin que tu les acceptes, que tu changes pour grandir.

Emotions vient de « movere »: être en mouvement. La vie est mouvement permanent. Sans émotions il n’y a pas de vie et inversement. 

On cherche tous inconsciemment la sécurité (financière, stabilité du couple, travail constant …) qui ne peut s’atteindre qu’en ne changeant rien, en adoptant le statut quo, qui en fait ne satisfait personne. Ben oui puisque la sécurité en fait c’est la mort.

La vie t’amène les situations pour te faire évoluer. On n’évolue que dans le changement, qui s’opère que lorsque la situation devient inconfortable. On apprend que lorsqu’on est dans l’inconnu, que l’on apprend de nouvelles choses (compétences, connaissances de soi …).

la conscience a aussi besoin de temps lors des périodes de changement, pour s’habituer à la nouvelle situation afin de la comprendre et de s’adapter.

Accueille les périodes de changement, les inconforts, tu es en train d’évoluer. 

Si tu as aimé cet article partage-le, et commente-le pour me dire ce que tu en as pensé.

Voir aussi ...

Laisser un commentaire

dapibus neque. Donec risus facilisis sem, leo. Phasellus elit.